gas naturale

Installations de méthanisation pas chères et injection de gaz

Afin de rendre la production et l’injection de biogaz économiquement intéressantes pour les petites exploitations agricoles, il faut des digesteurs pas chers et faciles à raccorder au réseau gazier. L’industrie gazière suisse soutient le développement technologique dans ce domaine.

L’industrie gazière veut accroître la part des gaz renouvelables au segment gaz du marché thermique de 30 % d’ici à 2030. La Suisse dispose en principe d’un volume suffisant de biomasse pour atteindre cet objectif. Le plus gros potentiel réside dans l’agriculture, compte tenu du fait que seulement 6 % des lisiers de ferme sont actuellement exploités pour produire de l’énergie. Les entreprises agricoles peuvent faire davantage que produire de l’énergie renouvelable ; l’accroissement de la production de biogaz par le secteur agricole permet aussi de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre en Suisse, comme le révèle une nouvelle étude de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL). L’agriculture est aujourd’hui à l’origine de quelque 80 % des émissions de méthane en Suisse, liées au secteur de l’élevage en particulier.

La biomasse issue de l’agriculture, comme les engrais de ferme ou les sous-produits des récoltes, se répartit sur tout le territoire. Afin que la production de biogaz et son injection dans le réseau vaille la peine pour les petites exploitations agricoles, il faut des installations de méthanisation qui soient non seulement très efficientes, mais encore peu coûteuses à produire et faciles à raccorder au réseau. Contrairement à la production d’électricité à partir du biogaz (qui bénéficie de la rétribution à prix coûtant, RPC), l’injection directe de biogaz dans le réseau n’est pas encouragée par la Confédération.

Accroissement de la production de biogaz

L’industrie gazière suisse soutient un projet visant à mettre au point un digesteur qui satisfait à ces critères (MOSTCH4 – Mini Onsite System To valorize manure in methane). Concrètement, la production de biogaz doit être augmentée de 30 % par rapport aux installations actuelles ; de plus, la durée d’amortissement d’une installation de biogaz doit être réduite de 20 à 25 % pour l’exploitation agricole. Ces objectifs ambitieux répondent à la nécessité de rendre la production et l’injection de biogaz économiquement intéressantes même pour les petites exploitations agricoles. Le potentiel de marché pour ce genre de petit digesteur est estimé à quelque 3000 exploitations pour le seul territoire suisse.

Cette technologie nouvelle est mise au point par la société d’ingénierie et de conseil tessinoise Laborex, qui s’appuie sur une solide expérience dans la construction d’installations de biogaz, de distribution de gaz naturel et de GNL. Les principaux partenaires dans cette entreprise sont Innosuisse, l’Agence Suisse pour l’innovation, la HES tessinoise (Scuola universitaria professionale della Svizzera italiana, SUPSI) et la Haute École zurichoise de sciences appliquées (Zürcher Hochschule für Angewandte Wissenschaften, ZHAW). La recherche s’articule autour de deux axes principaux : la préparation optimale des engrais de ferme avant méthanisation, d’une part, et l’amélioration du procédé de méthanisation proprement dit. 

Maggiori Informazioni del biogas